Le retour du Karma de GoPro

Depuis sa sortie officielle juste avant l’annonce du DJI Mavic Pro en septembre 2016, le Karma de Gopro semblait voué à l’échec et fut rapidement enterré par bon nombre de spécialistes du milieu.

Pas disponible à la commande de suite après son annonce, au lieu de cela, les utilisateurs ont dû pré-commander l’unité et attendre un temps assez long pour son expédition.


Gopro logo

Le volume des précommandes étaient tout de même assez faible, beaucoup d’entre elles ayant été annulées dès que le Mavic Pro fut annoncé (qui était également disponible à l’achat juste après l’événement en direct, bon nous connaissons tous la suite concernant le Mavic…).

Une fois libéré, le Karma a malheureusement souffert de nombreux problèmes avec des unités perdant leur puissance en vol à cause d’un problème de batterie. Environ 2500 unités ont été rappelées par Gopro fin 2016 et un programme de remboursement a été mis en place ce qui a ouvert un boulevard pour DJI sur ce segment.


karma en vol

Maintenant, quelques mois ont passé et le Karma est prêt à faire son come back à nouveau. Cette fois, avec tout un tas d’améliorations d’après Gopro, et on l’espère prêt à frapper fort contre le Mavic Pro.

Mais n’est-il pas trop tard maintenant ? Gopro ont-ils réussi à corriger le tir et la vraie question que tout le monde se pose est la suivant : représente t-il un bon investissement pour les possesseurs de camera Gopro et sera il à la hauteur des attentes du marché ?

GoPro indique qu’ils ont retravaillé leurs batteries et ajouté des verrous supplémentaires pour sécuriser celles-ci – ce qui semblait causer problème sur le modèle de l’an dernier. En outre, le nouveau modèle est plus silencieux qu’auparavant, et ils ont ajouté un peu de rembourrage pour éviter les rayures sur les bras pliables du drone.

Les premières reviews commencent à tomber au quatre coins du web depuis quelques semaines et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles ne sont pas toujours très favorables. Les principales critiques qui lui sont faites sont sa finition en plastique qui fait “cheap” selon certains, sa tenue de position en vol qui peut laisser à désirer, son manque de modes de vol intelligents, l’autonomie de sa batterie…

Une des présentation ayant fait le plus de bruit dernièrement…

À mon avis, c’est beaucoup moins que ce qui aurait dû être fait pour remettre cet appareil sur les rails, car il lui manque encore pas mal de fonctionnalités par rapport à son principal rival – le Mavic Pro de DJI. Il semble que GoPro essaie de ne pas échouer à nouveau et souhaite maintenant plus limiter la casse au près de ses investisseurs et de son public, mais vont-ils pouvoir gérer et survivre sur ce marché brutal ? Je suppose que nous allons le savoir dans les prochains mois.


le karma plie

Il est éventuellement important de relativiser tout ce “bruit” autour du Karma et il sera vraiment nécessaire de le tester et de le comparer au Mavic Pro pour connaitre le fin mot de l’histoire.

Le Karma offre tout de même un kit relativement complet et polyvalent et a son public. Nous essaierons de nous en procurer un dans les mois à venir pour vous proposer un test complet.

Le Karma est de retour à la vente fin Mars 2017 et sera bientôt disponible sur les sites suivants :

La FNAC : Livraison a partir du 29/03/2017

Amazon

J’ajouterai des liens supplémentaires pour les meilleurs prix du web dans les prochaines semaines.

Devenir Pilote de Drone Professionel

Le drone a conquis ses lettres de noblesse et de nombreux pilotes souhaitent de nos jours en faire une activité à plein temps.

Il y a ceux pour lesquels piloter un drone est un loisir et il y a les autres qui envisagent d’en faire un métier.

Que vous soyez dans l’une ou l’autre des catégories, vous devrez passer par l’apprentissage, mais, en ce qui concerne le télé-pilote professionnel, il vous faudra commencer par une formation au pilotage et obtenir votre certificat d’aptitude théorique de pilote civil ou militaire il faudra suivre ce cursus:

Pour les télé-pilotes:

  • Se former pour obtenir le brevet théorique de pilote civil et militaire avec celui d’ULM. Il vous faudra vous inscrire à l’examen théorique de pilote.
  • Chaque aspirant pilote devra valider son inscription à l’examen théorique de pilote qu’il devra obtenir, cependant pour les pilotes envisageant de travailler en scénario S4, une licence est exigée.
  • Obtenir la déclaration de niveau de compétences (DNC) afin d’avoir les autorisations nécessaires pour pratiquer. De plus, il faudra pouvoir faire preuve de sa possession auprès des autorités.
  • Vous devez avoir une DNC de l’exploitant, mais si vous en êtes cet exploitant, vous ferez, alors, une auto-déclaration que vous garderez précieusement pour pouvoir la présenter à toute demande des autorités.
  • Les aéronefs pesant plus de 25 kg (sauf les aérostats captifs), se doivent d’obtenir une attestation de compétences auprès des Directions de la sécurité de l’aviation civile interrégionales (DSAC I R) territorialement compétentes.

Pour les télé-pilotes:

  • Il faut écrire et tenir un manuel d’utilisation et d’entretien et le présenter à toute réquisition des autorités.
  • Si votre drone n’est pas de série, l’obtention d’une attestation de conception est obligatoire. Elle doit être délivrée par la Direction technique de la navigabilité et des opérations (DSAC/NO/NAV) en tant qu’attestation de conformité d’un aéronef particulier à une attestation de conception de type.
  • Enfin se faire remettre des marques d’identification (aéronef de plus de 25 kg) pour une attestation de conception de type par le pôle DSAC/NO/NAV.

preparation au vol avant seance shooting

Organisation de l’exploitant

  • Un manuel d’activités particulières (MAP) doit être tenu à jour et à disposition des autorités si besoin est.
  • Dès le début de l’activité, celle-ci doit être annoncée aux DSAC IR (dont les compétences sont territoriales) et renouvelées tous les deux ans.
  • Au mois de janvier de chaque année calendrier, un constat annuel d’activité est attendu par la DSAC IR (territorialement compétente).
  • Lors d’un incident advenu en service, il faut le porter aussitôt à la connaissance des pôles DSAC/NO/NAV et DSAC/NO/OH.
  • Enfin, la souscription à une assurance professionnelle est requise.

Réalisation d’une mission

Vous serez soumis à des impératifs avant de faire voler votre drone.

  • Si vous envisagez de survoler une zone peuplée, je vous informe que vous devrez prévenir la préfecture territorialement compétente avec un préavis d’au moins cinq jours ouvrables.
  • Si vous avez l’intention de voler hors vue ou à plus de 50 m haut au-dessus d’un emplacement d’entrainement militaire de l’aviation civile, vous serez tenu de prévenir au plus tôt l’avant-veille du jour J et au plus tard à 17 h la veille.
  • L’accord des comités régionaux de gestion de l’espace aérien est nécessaire si vous envisagez une activité permanente et si elle doit avoir lieu à plus de 150 mètres, il vous sera demandé de vous en référer à la DSAC IR territorialement responsable.
  • Dans les cas 1) d’un vol à proximité d’un aéroport, 2) au dessus d’un espace dit protégé ou 3) dans un espace aérien dont le survol est réglementé (c’est le cas des zones interdites, réglementées ou dangereuses, CTR – espace aérien contrôlé), l’accord de l’autorité compétente s’impose.
  • Dans le cas d’un aérostat captif autonome, c’est à dire non surveillé ni par un opérateur ni au téléphone, son utilisation doit être portée à l’attention de la DSAC IR territorialement autorisée.

Le site en ligne www.developpement-durable.gouv.fr. reprend toutes les explications et démarches à accomplir développées dans cet article.

Certains changements étant prévus au cours de la prochaine année (mi 2018), je vous engage à lire ce texte www.amateursdedrones.fr/marche-du-drone-fin-2016/

5 choses à savoir sur la photographie de nuit avec drone

En photographie, la pose longue a toujours été un outil créatif permettant d’obtenir des effets intéressants, de jour comme de nuit, mais permet surtout de capturer des images de sujets en mouvement.

En règle générale, la pose longue est réalisée avec l’aide d’un trépied : on pose l’appareil photo sur une surface stable pour limiter les vibrations et éviter ainsi le flou.

Et pour cause : plus le temps de pose est long, plus l’on risque d’obtenir un « flou de bougé ».

Celui-ci est produit lors du mouvement de l’objectif pendant l’exposition. Il est ainsi aisé de contourner le problème à l’aide de surfaces stables, des objectifs fixes dédiés à la photographie de nuit (qui ouvrent à moins de 1.8), des systèmes de commande spécifiques permettant de bloquer le miroir avant la prise de vue, etc. Vitesse et ouverture sont ici les deux composantes essentielles.


le ciel de mosou de nuit

Mais qu’en est-il de la photographie de nuit avec un drone ? Peut-on prendre une photo de nuit avec un quadricoptère ? C’est ce que je vous propose de découvrir.

Que dit la loi en France ?

Autant le dire d’emblée, la loi française interdit formellement de voler de nuit. Certes, cela est triste pour les amateurs de photographie de nuit mais vous pouvez toujours demander une dérogation auprès du préfet après avis de la DSAC-IR. Il n’est pas donc complètement impossible d’évoluer de nuit.

Vous pouvez demander une dérogation en téléchargeant ce formulaire.

Clarification concernant les vols de nuit (nuit aéronautique) :

En ce qui concerne les latitudes comprises entre 30° et 60°, la nuit aéronautique commence 30 minutes après le coucher du soleil et se termine 30 minutes avant le lever du soleil; Pour des latitudes inférieures ou égales à 30°, la nuit aéronautique commence 15 minutes après le coucher du soleil et se termine 15 minutes avant le lever du soleil.

Cette interdiction ne concerne que l’espace aérien français. Il est donc possible que la législation dans d’autres pays tolère l’utilisation d’un drone la nuit. D’autres pays en revanche ne disposent pas de réglementation ce qui ouvre la porte à une utilisation nocturne. Néanmoins, vous devriez prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter les risques d’accidents.

Les drones peuvent-ils prendre des photos la nuit ?

Les fabricants de drones commencent, à peine, à commercialiser des drones nouvelles générations capables de capturer des images la nuit via leurs caméras embarquées.

DJI, à titre d’exemple, vient de lancer une caméra qui utilise l’imagerie thermique pour prendre des photos dans les pires conditions de visibilité. Le Zenmuse XT, développé conjointement avec la société d’imagerie FLIR Systems, utilise la signature thermique d’un objet de la même façon que les caméras normales utilisent la lumière visible: en éclairant l’objet et en permettant à l’appareil photo de le voir même dans les pires conditions. En d’autres termes, la signature thermique d’un objet peut permettre de contrecarrer l’insuffisance de lumière et permet tout un tas d’applications.

Pour les plus curieux d’entre vous:

Mais qu’en est-il des autres drones possédants des cameras beaucoup moins avancées pour le marché civil ?

Si votre caméra ne dispose pas d’imagerie thermique (la grande majorité d’entre vous), il est possible de recourir à la longue exposition pour prendre des photos de nuit avec un drone, à condition de respecter certaines règles propres à la photo de nuit.

Voici quelques conseils pour réussir une longue exposition avec un quadricoptère.

Choisir un drone stable

En photographie, la stabilité est certainement le critère le plus important pour réussir une longue exposition — avec l’ouverture de la caméra et la vitesse d’obturation. Il existe de nombreux drones capables d’apporter une très grande stabilité lors des vols : je pense par exemple au Typhoon H de Yuneec, aux DJI Mavic Pro, Phantoms 3 et 4 et leurs modèles pro ainsi que les drones de la gamme Inspire. Il est important de se munir d’un drone offrant un capteur de qualité permettant d’obtenir de bons résultats en hautes sensibilités comme celui du Phantom 4 Pro par exemple !

Astuces : Vous pouvez améliorer la stabilité de vos drones en utilisant des hélices en carbone sur certains modèles. Ces hélices peuvent apporter une plus grande précision de mouvement et une meilleure stabilité avec la possibilité d’augmenter légèrement la charge du drone pour accueillir une plus grosse batterie et/ou nacelle/camera. Leur efficacité fait grand débat dans l’industrie et les gains sont selon moi très minimes, voir inexistants, surtout chez DJI qui offre des hélices en plastique de qualité, parfaitement équilibrés !

Choisir une caméra performante

Dans le marché des caméras pour drone, DJI règne en maître (pas que pour les caméras d’ailleurs..). Le DJI Mavic, le DJI Inspire 2 et le DJI Phantom 4 pro disposent de systèmes de caméra forts impressionnants : le Zenmuse X3, le Zenmuse X5, le Zenmuse X5R, le Zenmuse XT, un capteur CMOS de 1 pouce pour le P4 pro…

Ces caméras, offrent toutes un large éventail de résolutions et proposent (à différents degrés) une plage de sensibilité importante : de l’ordre de 100 à 25600 ISO sur les plus avancées. Mais ce n’est pas tant la sensibilité des capteurs qui nous intéresse ici, quand bien même elle soit importante, mais c’est plutôt la possibilité de changer d’objectif sur les caméras des gros modèles Pro ! Plus de liberté donc pour choisir ses objectifs, la Zenmuse X5 est dotée de trois objectifs fixes ouvrant à moins de 2.0, une première dans le monde des drones grands publics :

  • Un olympus M.Zuiko DIGITAL ED 12mm f/2.0 (équivalent à un 24mm)
  • Un DJI MFT 15mm f/1.7 ASPH Prime Lens (équivalent à un 30mm)
  • Un Panasonic Lumix 15mm G Leica DG Summilux f/1.7 ASPH Lens (équivalent à un 30mm)

la zenmuse x5 de dji

Credits DJI

Les sujets favoris pour vos shoots de nuit

Parmi les sujets les plus photographiés de nuit, on retrouve souvent :

  • Les routes avec véhicules en mouvement
  • Les mouvements d’eau comme en bord de mer, dans les cascades ou les rivières
  • Le ciel, les étoiles et les nuages

Réussir les réglages photo – Conseils

Muni d’un drone hyper stable, d’une bonne caméra montée sur un stabilisateur à trois axes, il ne vous reste à présent qu’à réussir votre photo de nuit. Pour cela, passez en mode manuel pour choisir vos réglages. Gardez les ISO à 100 (200 max) le plus bas possible pour diminuer le bruit. Il vaut mieux allonger le temps de pose que de trop monter les ISO. Plus l’ISO est élevé, plus vous aurez des points blancs sur les photos et du flou en bord de capteur.

Ensuite, commencez par tester différentes vitesses d’obturation.

Généralement, vous allez choisir une vitesse comprise entre 1.5 et 4 secondes voir plus si les conditions le permettent. Tout dépend du résultat que vous souhaitez obtenir et de la stabilité en vol. Si votre drone est stable et qu’il n’y a pas trop de vent, les vitesses d’obturation de 2 à 2.5 secondes vous permettront de jouer avec les lumières des objets lumineux qui se déplacent. La balance des blancs est également importante. Vous pouvez régler manuellement votre appareil à 2000-3000k, puis ajuster si nécessaire en fonction de la lumière ambiante.


photo de nuit drone en mouvement

Credits Dirk Dallas

Enfin, préférez le format RAW au format JPEG. Le format RAW dispose d’une plage dynamique plus importante que le JPEG : 2 à 4 IL, et permet surtout de gérer et rattraper les problèmes des balances de banc sur les logiciels de traitement d’images en post production.

Les seules limites ici sont celles imposées par votre environnement. Laissez libre cour à votre imagination et jouez avec les différentes sources d’éclairage, utilisez les reflets à votre avantage, ou utilisez par exemple un mode noir et blanc pour appuyer sur les contrastes.

10 Erreurs à Eviter Lors de L’Achat d’un Drone – Infographie

Vous êtes à la recherche d’un drone télécommandé avec caméra, d’un drone jouet pour debutant ou êtes tout simplement encore indécis quant au multirotor le plus adapté à vos besoins ? 

Voici une infographie présentant les principales erreurs à éviter avant de vous lancer et d’investir dans un modèle de drone !


10_erreurs_a_eviter_lors_de_lachat_dun_drone

Partagez facilement cette infographie sur votre site

<!—– Copiez et collez ce code dans votre post/page —-><h3>10 erreurs a éviter lors de l’achat d’un drone</h3><a href=”https://www.amateursdedrones.fr/achat-drones”><img src=”https://www.amateursdedrones.fr/wp-content/uploads/2017/02/rsz_1rsz_110_erreurs_a_eviter_lors_de_lachat_dun_drone.jpg&#8221; alt=”10_erreurs_a_eviter_lors_de_lachat_dun_drone” width=”800″ /></a><br><p><a href=”https://www.amateursdedrones.fr/achat-drones”>10 erreurs à éviter lors de l’achat d’un drone</a></p>

Parmi les points importants à retenir on notera principalement :

  • Commencez petit et gagnez progressivement en expérience et en confiance ! Il serait dommage de crasher un drone à 1000 euros et plus à cause d’une erreur de pilotage “basique”. Commencez par un mini drone à 50 euros et faites vous la main pour acquérir des sensations et gagner en confiance. Un pilote qui ne stresse pas pour son investissement (meme si il y a toujours une part de stress, pour ne rien vous cacher. J’appelle cela plus de l’adrenaline…) est un pilote qui sera à même de prendre les bonnes decisions en vol et sera dans les meilleures conditions pour prendre de belles images aériennes !
  • Attention aux dépenses additionnelles ! Un bon drone vidéo coute assez cher, mais il faut aussi prendre en compte les accessoires que vous achèterez en plus. Il est fortement recommandé de vous munir de batteries additionnelles pour augmenter votre temps de vol lors de vos sortie. Une simple batterie DJI neuve peut chiffrer dans les 200 euros en moyenne pour les modèles les plus récents par exemple… Si vous souhaitez acheter des filtres pour votre caméra, un pack de 3 filtres coute environ 100 euros…Un jeu d’hélices neuves vous coutera environ 30-40 euros. Il faut penser à tous cela lors de vos recherches.
  • Acheter via un vendeur offrant des garanties ! Il est important de vous procurer votre materiel via des vendeurs réputés offrant un support de qualité et des garanties que vous achetiez en ligne ou via un vendeur local. Le support DJI est loin d’être parfait (surtout niveau réactivité) malgré de grosses ameliorations dans les 2 dernières années, mais offre tout de même la possibilité de discuter avec des interlocuteurs qualifiés qui vous aiderons en cas de pépins. Pareil pour Amazon qui offre un SAV de qualité même sur les produits Amazon Market Place.
  • Ne pensez pas que tout le monde (dans votre entourage) sera aussi enthousiaste que vous à la vue de votre nouvel investissement. Il s’agit ici d’une industrie plutôt récente qui souffre parfois (à tort ou à raison) d’une mauvaise image dans l’opinion publique (qui mélange souvent d’ailleurs drones civils et drones militaires) et qui voit principalement ce type de materiel comme une menace pour la vie privée…Respectez les personnes ainsi que leur vie privée et leur propriété et tout devrait bien se passer.
  • Pensez aux évolutions du marché ! Gardez en tête que ce marché évolue à une vitesse folle. Par exemple il s’est seulement écoulé 10-11 mois entre la sortie du Phantom 4 standard et de sa version Professionnelle ! Si vous êtes sérieux par rapport à votre investissement, il peut être parfois judicieux d’investir un peu plus pour un modèle qui ne sera pas aussi rapidement dépassé (assistances en vol, détection et évitement d’obstacles, modes de vols intelligents, qualité du capteur photo/video…).

En espérant vous avoir aidé dans vos recherches, par ici pour mon guide d’achat de drones 2017.

Principales différences entre le Phantom 4 Pro et le Mavic Pro de DJI

Même si sur le papier la comparaison entre ces deux nouveaux modèles n’apporte pas grand intérêt de part la différence de positionnement et de cible des deux derniers oiseaux DJI, je tenais à les mettre face à face pour ceux qui hésiteraient entre ces deux drones de la marque Chinoise.

Leurs caractéristiques techniques

Phantom 4 pro

Mavic Pro


phantom 4 pro

mavic pro dji

Taille (diag sans hélices)

350 mm

335 mm

Poids total

1388g

743g

Autonomie

29 mns

27 mns

Batterie

4S, 15.2V, 5870mAh

3S, 11.4V, 3830mAh

Détection et évitement obstacles

360 degres et dessous

Devant et dessous

Capteurs

Optique et infrarouge

Optique seulement

Camera

1’’ CMOS, 20Mpx

1/2.3″, 12.35Mpx

FOV

FOV 84°, 8.8 mm/24 mm

FOV 78,8° 28 mm, f/2.2

Positionnement

GPS / Glonass

GPS / Glonass

VPS

Oui

Oui

Dist Transm Max

3500 m (CE)

4000 m (CE)

Transmission Video

Lightbridge 2.4 et 5.8 ghz

Ocusync 2.4 Ghz

Support retour video

Ecran 5.5″, 1920×1080 (Version Plus). 

Tablettes ou smartphones version de base

Support smartphones

Débit vidéo

100 Mbps

60 Mbps

Qualité retour vidéo

1080 ou 720p écran plus. Rame parfois en 4K

Radiocommande : 720p ou 1080p

Modes de Vols Intelligents

Home Lock

Course Lock

Points de Passage

Points of interest / Orbit

Follow Me

Gestures

Tripod

Tapfly

Active Track

Terrain Follow

Draw

Home Lock

Course Lock

Points de Passage

Points of interest / Orbit

Follow Me

Gestures

Tapfly

Active Track

Terrain Follow

Cinematic

Résolutions

H.265

C4K :4096×2160 24/25/30p @100Mbps

4K :3840×2160 24/25/30p @100Mbps

2.7K :2720×1530 24/25/30p @65Mbps

2720×1530 48/50/60p @80Mbps

FHD:1920×1080 24/25/30p @50Mbps

1920×1080 48/50/60p @65Mbps

1280×720 48/50/60p @35Mbps

H.264

C4K :4096×2160 24/25/30/48/50/60p @100Mbps

4K :3840×2160 24/25/30/48/50/60p @100Mbps

2.7K :2720×1530 24/25/30p @80Mbps

2720×1530 48/50/60p @100Mbps

FHD :1920×1080 24/25/30p @60Mbps

1920×1080 48/50/60/120p @80Mbps

HD :1280×720 24/25/30p @30Mbps

1280×720 48/50/60/120p @45Mbps

H.264

C4K :4096×2160 ( 4K ) 24p

4K :3840×2160 ( 4K ) 24 / 25 / 30p

2.7K :2720×1530 ( 2.7K ) 24 / 25 / 30p

FHD :1920×1080 24 / 25 / 30 / 48 / 50 / 60 / 96p

HD :1280×720 24 / 25 / 30 / 48 / 50 / 60 /120p

Lien Test Complet

Test Du Phantom 4 Pro

Presentation Mavic Pro

Rentrons maintenant dans le detail !


drones batteries et telecommandes

Drones batteries et telecommandes

Design

Les appareils sont bien entendu assez différents sur ce point ci.

Là ou le Phantom 4 Pro reprend ce design glossy blanc qui a fait la réputation de la gamme Phantom, le Mavic contraste de part son design futuriste et épuré, sa couleur grise foncé et sa compacité extrême.

Différence notable de poids et d’encombrement ici ! Le Mavic Pro fait moins de 800 g ce qui vous évitera un enregistrement en ligne en Juillet 2018 et vous permettra de le transporter facilement dans sa sacoche de transport en emportant vos 3 batteries additionnelles ainsi que quelques accessoires.


le mavic pro et le phantom 4 pro cote a cote

Le Phantom 4 Pro est lui beaucoup plus volumineux et plus lourd (1k 300 env) et nécessite d’être transporté dans un sac ou une valise de transport beaucoup plus volumineux que le Mavic.

Les pieds de l’engin sont beaucoup plus gros que sur le Mavic même si la portée au sol depuis la caméra reste sensiblement la même.

Attention à oû vous atterrissez avec ces 2 modèles, les caméras et gimbal sont super basses et fragiles et il est vraiment facile de les endommager !


portee au sol des deux drones dji

Portée au sol des deux drones DJI

Privilégiez le « Hand Catch » sur le P4 Pro si la zone d’atterrissage n’est pas optimale ! Pour le « Hand Catch » sur le Mavic Pro, je ne le recommande pas car trop de risques si vous ne savez pas ce que vous faites… Privilégiez ici l’achat d’échasses pour augmenter la portée au sol un conseil.

Detection et Évitement d’obstacles

L’évitement des obstacles est l’autre point de différenciation principal entre les deux appareils.

Le Phantom 4 Pro est beaucoup plus intelligent que le Mavic Pro dans ce domaine, grâce à sa vision à 360 degrés en en dessous de l’engin avec système d’évitement d’obstacles sur les devant et à l’arrière. Les capteurs infrarouge placés sur les coté de l’engin offrent quant à eux plus de confort pour le vol de profil.

Le Mavic Pro ne possède des capteurs que sur le devant et le dessous de l’engin ce qui le rend vulnérable sur les cotés et le derrière contrairement au P4 pro.


comparaison des deux drones en vol stationaire

Test/Comparatif avec vent fort en approche ce qui explique le flou….

Fonctions de vol intelligentes

Ici les deux drones font à peu près jeux égal avec les mêmes modes de vol intelligents à la différence du mode Draw seulement disponible sur le Phantom 4 Pro. Les nouveaux modes Gesture, TapFly, Terrain Follow et Tripod sont eux beaucoup plus complets sur le P4 Pro et intègrent le système de détection et d’évitement d’obstacles dans 5 directions.

Le Mavic possède de son côté un mode Cinématique (depuis la dernière MAJ de son firmware) qui permet de palier aux problèmes de sensibilité des sticks rencontrés par un grand nombre d’utilisateurs lors de sa sortie ! Ce mode vous aidera si vous trouvez le Yaw trop sensible sur votre Mavic pour des prises de vues “cinématique”. Gardez à l’esprit que vous avez tout de même la possibilité de régler la sensibilité de vos commandes en jouant sur les réglages suivant :

  • Yaw Expo
  • Yaw end point
  • Gimbal Smoothtrack (qui a l’air d’avoir disparu des réglages lors de la dernière MAJ…)
  • et pour finir le Gimbal speed.

Jouez ici avec ses réglages pour diminuer la sensibilité de vos sticks. Perso j’apprécie les réglages suivants : Yaw Expo 25. Yaw End Stop 50, Gimbal smoothtrack et speed 25. A changer bien entendu si vous souhaitez tâter du mode Sport 😉

Radiocommandes

Sur le Mavic Pro, celle-ci est ultra compacte et nécessite un smartphone pour bénéficier du retour vidéo. La radiocommande intègre également un écran OLED (assez basique) avec les informations de télémétrie (vitesse, hauteur, qualité de la connexion, etc.) ainsi que des informations de base tel que l’autonomie (drone et controller), le mode de vol sélectionné…


prêt a décoller

radiocommande-mavic-pro-et-ant

Sur le Phantom 4 Pro, la radiocommande est bien plus imposante (surtout sur la version +) et permet d’installer une tablette (Android ou iOS) ou d’utiliser l’écran intégré (pour la version +) pour un retour vidéo plus visible sur lequel s’afficheront les données de vol.

Ici vous aurez bien évidemment à faire un compromis entre probabilité et fonctionnalités. La télécommande du Phantom 4 Pro étant plus complète selon moi mais pas forcement plus intelligente. Je recommande la version standard sur le P4Pro si vous souhaitez pourvoir utiliser des applis tierces tel Litchi.

Qualité Vidéo/Photo

Parlons désormais de la qualité vidéo.

Ici il n’y a pas photo le Phantom 4 Pro remporte la comparaison haut la main avec son capteur CMOS de 1 pouce, la possibilité de prendre des photos à 20 Mpx, le mode vidéo en 1080p jusqu’à 120 ips et la 4k à 60 ips. La comparaison n’a même pas trop de sens ici tant elle est démesurée selon moi…

Le Phantom 4 Pro offre par ailleurs la possibilité de régler l’ouverture, améliore la compression et va vous permettre de pousser les ISO plus haut pour des photos de bonne qualité en basse lumière. L’obturateur mécanique du Phantom 4 pro offre une bien meilleure qualité d’image comparé à un obturateur électronique sur le Mavic Pro. Cela se ressent et donne un bien meilleur rendu quand vous jouer avec le Yaw !

La différence de qualité n’est pas si énorme dirons certains (hors basse lumière) et sera largement compensée par les gains en probabilité offerts par le Mavic. Si vous êtes photographe ou vidéaste semi-pro, la différence est tout de même frappante, l’image étant beaucoup plus claire, détaillée et piquée sur le P4 pro, surtout en basses et hautes sensibilités. Les différences en matière de bitrate et de codec (h.265 dispo sur le P4 Professionnel) pèseront forcement dans la balance pour les utilisateurs plus avancés.

Video de comparaison a venir !

Je trouve aussi que les hélices sont globalement moins visibles sur le Mavic Pro que sur le P4 pro quand la gimbal est à l’horizontale.

Attention à bien taper l’écran pour le focus sur le Mavic Pro !

Retour vidéo

Les deux drones offrent un retour video sans trop de latence via Smartphone en 1080p ou 720p (écran intégré pour la version plus du P4pro).

Les DJI Goggles permettent (…tront…) de recevoir le flux vidéo en provenance du drone, avec une définition 1080p (30p et 60 Hz) et une distance maximale de 7 km aux USA (4 km en Europe) entre le drone et le masque. Avec le Mavic Pro, il est possible de relier 2 Goggles au drone en plus de la radiocommande classique qui permet quant à elle de bénéficier d’un retour en 720p ou 1080p lorsqu’un smartphone y est relié (à régler via DJI Go avec les options de caching pour sauvegarder sur le telephone en parallèle).

Le Phantom 4 pro lui aussi devrait être compatible avec les DJI Goggles. Nous attendrons bien entendu une annonce officielle de la part de DJI pour en savoir plus là-dessus…

Le Phantom 4 rame parfois au niveau du retour video via l’écran intégré sur la version plus quand je filme en 4K à 60 fps!

Pour le vol en FPV avec lunettes, cela n’est possible seulement avec des Apps tierces de type Litchi pour le moment ! En attendant les DJI Goggles..

Accessoires

Le Phantom 4 pro se basant sur le Phantom 4, il y a bien entendu (pour l’instant) beaucoup plus d’accessoires de disponibles sur le marché !

Mais le Mavic étant tellement demandé, la tendance s’inverse avec l’arrivé dernièrement de nombreux accessoires pour le Mavic Pro.

Pilotage au smartphone

Le Mavic Pro qui peut également être piloté depuis un smartphone en Wi-Fi, à la manière des Bebop de Parrot. Dans ce cas, la distance maximale est de 80 mètres, la hauteur maximale de 50 mètres et la vitesse maximale de 15 km/h.

Le Phantom 4 pro se pilote lui aussi au smartphone pour des limitations à peu près similaires. Je ne recommande personnellement pas d’utiliser votre Smartphone de part les nombreuses limitations posées, surtout en matière de portée.

Autonomie

En terme d’autonomie, DJI annonce 30 minutes pour le Phantom 4 Pro avec sa nouvelle LiPo 4S de 5 830 mAh contre 27 minutes pour le Mavic Pro avec sa batterie 3S de 3 830 mAh.


les batteries mises cote a cote

Les batteries mises cote a cote

Cette plus faible puissance se voit dans les chiffres de vitesse maximale : 65 km/h en mode sport pour le Mavic Pro contre 72 km/h pour le Phantom 4 Pro.

D’après mes premiers tests comparatifs, la batterie du Phantom 4 pro offre une meilleure autonomie, surtout en mode sport. Le P4 Pro est plus rapide en pointe mais pas en reprise le Mavic étant beaucoup plus nerveux et léger ce qui l’aide pas mal en sortie de virage et en phase de reacceleration.

Stabilité

Vidéo comparatif stabilité a venir.

Les résultats sont ici plutôt surprenants, le Mavic pro étant globalement très stable même par vents forts. Difficile de dire lequel des deux est le plus stable, je penche personnellement pour le Mavic qui à l’air de beaucoup moins compenser en mode GPS.

Sensations de vol

Après seulement 1 semaine de tests sur le Mavic je doit dire que je le trouve plus fun à piloter pour plusieurs raisons :

  • Il est beaucoup plus nerveux que son grand frère le P4 pro. Malgré des vitesses de pointe en dessous (clairement), il est beaucoup plus nerveux de part sa petite taille et offre plus de reprise notamment en sortie de virage et en phase d’accélération.
  • Il est vraiment super stable vu sa taille.
  • Le signal est vraiment solide. La technologie Ocusync à l’air ici de faire vraiment son travail. Là ou le Phantom 4 pro perd parfois son signal en vol ou le signal vidéo retour, je n’ai pas encore eu un seul problème de ce type avec le Mavic, même en le poussant parfois à plusieurs km de distance avec de légères interferences.
  • La qualité photo/video est tout de meme vraiment pas mal et j’apprécie plutôt les modes HDR et Cinématique dispos sur le Mavic.

Conclusion

Pour finir je dirais que le Phantom 4 Pro reste mon drone de choix de part ses qualités photo et vidéo et une autonomie légèrement supérieure à celle du Mavic Pro.

Etant plus axé photo et vidéo, ce drone m’offre bien évidement une plus grande marge de manœuvre de part l’éventail de résolutions et réglages photo/vidéo offerts, de la qualité de son capteur 1 pouce et grâce à la sécurité apportée par les capteurs d’obstacles additionnels.

Je dois dire que je suis pour l’instant agréablement surpris par le comportement en vol et le rendu image du Mavic Pro que je voyais plus comme un drone d’appoint à emporter en complément de mon “gros” Phantom.

Pour un prix nettement inférieur et une probabilité sans comparaison, le Mavic se positionne comme un client sérieux au titre du drone de l’année 2017 !

Retrouvez mes Tests et Présentations :

Mavic Pro


mavic pro dji

Meilleurs Prix du Web

Version Standard

Version Pack Fly More (2 Batteries, adaptateur Voiture, 1 jeu d’helices de rechange et 1 sac de transport en plus)

Ma routine avant vol

Suite à quelques demandes de lecteurs, je partage ma routine pre-vol qui devrait vous être utile pour vous assurer de ne rien oublier avant de décoller!

Avant de partir

Etape super importante ! En France, le vol étant interdit dans les villes/agglomerations, il vous faudra très certainement rouler un peu avant de pouvoir vous lancer. Il serait dommage d’avoir oublié un des éléments suivant..

  • Assurez vous que votre drone et sa radiocommande sont bien à jour. Qu’il n’y ai pas de problèmes d’incompatibilité entre les firmwares.
  • Batterie pleines à 100 % !
  • Smartphone/tablette chargée pour le retour video.
  • Carte SD formatée et vide de préférence.
  • Helices en bon état de fonctionnement.
  • Prenez vos filtres.
  • Renseignez vous sur les conditions météorologiques.

le drone dans sa boite

Pre-vol

  • Assurez vous de ne pas être dans une no-fly zone. Si possible surveillez le traffic aérien (surtout les hélicoptères de secours pas toujours présents sur les Applis de Trafic aérien).
  • Vérifiez que vos firmwares sont bien à jour (drone et controller).
  • Assurez vous qu’il n’y ai pas trop de vent, surtout en bourrasques. Il y a toujours beaucoup plus de vent à 100 m de hauteur qu’à ras du sol !
  • Inspectez votre engin pour repérer tout type de problème “physique”.
  • Inspectez vos hélices (pas de pets) et vérifiez qu’elle soient bien fixées avant le décollage. (respectez le code couleur chez DJI).
  • Retirez votre protection de gimbal et de caméra. (Facile à oublier sur le Mavic Pro par exemple…).
  • Assurez vous que la carte SD est bien positionnée dans le port prévu à cet effet.
  • Vérifiez qu’il n’y à pas de traces sur votre lentille de camera. Munissez vous d’un chiffon doux pour la nettoyer.
  • Assurez vous que votre smartphone/tablette soit bien chargé et connecté et que la luminosité de l’écran est au maximum pour le retour video.
  • Assurez vous que la batterie du drone est bien chargée et correctement insérée.
  • Positionnez vos antennes de la bonne manière. Parallèles et avec angle adéquat par rapport à votre positionnement du drone.
  • Calibrez votre boussole. Pas toujours nécessaire, surtout si vous volez régulièrement au meme endroit. Faites ici attention à retirer tout objet électronique ou métallique de vos poignets/poches pour limiter les interférences et ainsi éviter de parasiter votre calibration et votre boussole.
  • Parametrez votre altitude minimale pour le Retour à la Maison/Failsafe. Observez les obstacles (arbres, bâtiments…) environnant.
  • Parametrez votre altitude maximale de vol. 150 m en France maximum !
  • Vérifiez que vous avez assez de satellites verrouillés si vous volez en P mode.
  • Vérifiez que les niveaux de voltage des cellules de votre batterie sont normaux.
  • Assurez vous de ne pas avoir trop d’interferences sur vos fréquence radio.
  • Assurez vous d’être dans de bonnes conditions pour le décollage. Lieu dégagé de preference et drone à plat.
  • Assurez vous qu’il n’y ai pas trop de monde dans votre zone de décollage.
  • Vérifiez que le point home est bien été enregistré avant décollage. Important si vous utilisez le retour à la maison. Assurez vous que le point H est au bon endroit sur la carte !
  • Assurez vous que votre camera soit bien réglée pour la photo et/ou vidéo. Pensez à régler le focus si vous possédez un Mavic 😉

Mavic Pro en vol stationnaire

En vol

  • Laissez le drone en vol stationnaire pendant quelques secondes une fois passé la hauteur des 1m (zone de turbulences au décollage) et écoutez le bruit des hélices et du moteur pour détecter tout éventuel problème.
  • Vérifiez la puissance de votre signal à tout moment pendant le vol.
  • Pointez vos antennes dans la bonne direction en toutes circonstances !
  • Gardez votre engin à vue, ce qui vous évitera de perdre le signal en vol.
  • Pensez à taper l’écran pour l’autofocus si vous possédez un drone DJI recent…
  • Ne volez pas trop près de personnes ou animaux.

Conseils pour la Maintenance de votre Drone

Je reçois pas mal de messages me demandant comment assurer la maintenance de son appareil au fil des mois, années d’utilisation.

Les drones présents sur le marché en 2017 sont faits pour fonctionner avec une maintenance minimale, mais il est toujours bon d’observer une certaine routine tout comme pour vos contrôles au décollage. Cela peut vous éviter des accidents liés à des problèmes qui aurait pu être facilement détectés!

Voici ma routine personnelle:

Plusieurs fois dans l’année, j’inspecte mes appareils de façon poussée, et fais le tour des équipements suivants.

  • Je m’assure que toutes les vis soient bien serrées, surtout au niveau des moteurs. Revissez très doucement et ne forcez pas pour ne pas abimer le plastique de vos carénages.
  • Vérification générale de l’état de l’appareil.

Les batteries

  • Je vérifie que les batteries ne sont pas endommagées et qu’elles ne présentent pas de déformations. Rappelez vous la batterie est probablement ce qu’il y a de plus important dans votre drone. Si il y a des signes de dommages de la batterie, deformation ou problème apparent, je la remplace tout simplement.
  • Je vérifie l’état des broches de la batterie et les frotte avec une gomme pour les nettoyer.
  • Je vérifie que les connecteurs d’alimentation soient en bon état.
  • J’inspecte les broches de contact dans le compartiment batterie et les nettoie aussi.
  • Je vérifie les électrodes de la batterie. Conseil, passez un coup de papier de verre dessus si elles ont des traces apparentes.
  • Je vérifie les parties en plastique du support de batterie coté appareil et batterie. c’est l’enveloppe de la batterie. Pensez à nettoyer délicatement le compartiment batterie de temps en temps !
  • Je vérifie que toutes les cellules de la batterie sont à des niveaux de tension semblables et restent au même niveau lorsque la batterie est complètement chargée. Cela ce fait via votre appli DJI Go ou via un appareil servant à mesurer la tension de vos cellules.

fissures-dans-l-enveloppe-de-l

Les hélices

  • Je vérifie les hélices à chaque vol perso… Je m’assure que celles ci n’ai pas de pets ni d’accroches qui pourrait gêner l’aérodynamisme en vol et créer des problèmes. En cas de doute, poubelle, ce n’est pas ce que ca coute ici…
  • Lors de mes décollages (ceci fait parti de ma routine pre-vol) je positionne le drone à environ 1m 50 et observe les hélices en rotation et écoute le bruit du moteur et des helices en position stationnaire. Au moindre doute, je pose l’engin et lance une inspection plus poussée.

Les moteurs


moteur de Phantom 4 Pro

Moteur de Phantom 4

  • Je vérifie que les rotors soient bien en place (pas lâches, que ça ne tremble pas dans tous les sens). 
  • Je démarre les moteurs sans hélices. J’écoute le bruit avec attention histoire d’entendre si les roulements sont en bon état.
  • Pendant que ça tourne, j’examine le bord du rotor et vérifie le centrage de l’axe. Je mets ma main sur chacun des bras de l’appareil pour sentir toute vibration anormale ou excessive.
  • Je vérifie le support des moteurs et leur serrage.

Calibration de l’IMU


calibration-de-l-imu-sur-un-ph
  • Il est recommandé de faire cela régulièrement via l’App DJI Go. Je fais généralement cela en intérieur dans un endroit tempéré et sur une surface plane (j’utilise une App de type Bubble Level pour m’assurer d’être parfaitement à plat).

Vérification du système radio

  • Je vérifie les antennes régulièrement. Je les inspecte pour detecter les moindres fissures. Pensez à verifier vos pieds aussi sur le drone car les récepteurs sont placés dessus.

Nacelle et de la caméra


gimbal et capteurs vu de cote
  • Je vérifie les connecteurs et autres nappes. Je regarde si les cables sont bien en place, sans trop de jeu.
  • Je démarre l’appareil, je regarde la nacelle se calibrer et j’écoute tout bruit anormal provenant du ventilateur ou des moteurs de la nacelle.

En espérant vous avoir donné de solides pistes utiles pour la maintenance de vos appareils.