Piloter un drone : mes conseils pour bien débuter


quelques tuyaux pour ceux qui decouvrent le pilotage en drone

Si vous considérez l’achat d’un drone de loisir pour vous essayer au vol durant vos vacances, pour faire de la photo/video ou tout simplement pour le fun, gardez à l’esprit que ces petits appareils à la pointe de la technologie ne sont pas de simples jouets.

​En effet, avant de se mettre au pilotage de multirotors, il est impératif de prendre connaissance de certaines règles, tant pour éviter les accidents que les amendes, ou toute autre mauvaise surprise.

​Voici quelques conseils avant d’apprendre à piloter un drone et sur la façon dont vous pouvez le diriger et le maitriser sans le moindre danger :

Connaître la réglementation

En France, l’espace aérien est particulièrement réglementé pour des raisons de sécurité. Tout utilisateur de drones, qu’il soit amateur ou professionnel, doit impérativement prendre connaissance de la règlementation en vigueur.

Ces règles peuvent aller des simples consignes de sécurité et de respect de la vie privée aux restrictions de vol.

Voici un petit récapitulatif des règles les plus importantes à connaître :

  • Il est interdit de faire voler un drone en zone urbaine comme les parcs, les rues, les stades, ou les plages ainsi que les zones à proximité des aérodromes ou des bases militaires. Vous pouvez utiliser l’application aip-drones.fr pour savoir quelles zones de votre région sont interdites ;
  • Respectez une hauteur maximale de 150 mètres ;
  • Ne filmez jamais les gens à leur insu ;
  • Ne faites pas voler l’appareil depuis un véhicule en mouvement ;
  • Ne perdez jamais de vue votre drone lors des vols (Sauf vols en FPV). Le pilote n’est pas autorisé à faire usage d’accessoires comme des jumelles pour garder une vue directe sur l’appareil.

Choisir un drone adapté donc pour débutant

Ne vous lancez pas dans l’achat de grands engins coûteux que vous risquez de crasher dés le premier week-end. Choisissez plutôt un drone de petite taille qui peut résister aux chocs.

“Ces drones pas chers vous permettront d’acquérir les bons réflexes de pilotage qui vous permettront, si vous le souhaitez, de passer ensuite sur un quadrirotor grand format à la pointe de la technologie.”

Cela dit, ce n’est pas parce qu’ils sont petits qu’ils seront faciles à manœuvrer, bien au contraire !

Pour savoir quel drone choisir c’est par ici!​

Parce qu’ils n’embarquent que peu d’électronique, l’assistance de pilotage y est moins efficace que sur leurs grands frères. N’hésitez pas à commander des pièces de rechange pour votre drone car vous allez certainement en avoir besoin.

Se former avant de voler

Ne vous fiez pas aux beaux slogans marketing du style : « notre drone ne requiert aucune notion de pilotage » ou « pilotage totalement assisté ».

Certes, décoller et faire du stationnaire n’a rien de difficile, mais les manœuvres risquent de se complexifier lors des virages ou des mouvements plus élaborés (tonneaux, loopings…).

Si il est plus aisé de piloter un drone de loisir qu’un multirotor professionnel, quelques notions de base sont indispensables avant de mettre l’appareil en route :

  • Lisez attentivement le manuel d’emploi et décortiquez toutes les informations susceptibles de vous aiguiller lors de la mise en marche des moteurs ;
  • Pour vous entraîner, choisissez une zone dégagée de tout obstacle, et surtout un endroit avec pas ou peu de présence humaine. L’idéal serait de vous entrainer très tôt le matin à une heure de faible affluence. A noter qu’il est interdit de faire voler son drone le soir ;
  • Commencez avec des manœuvres simples : que ce soit via votre smartphone, tablette ou votre radiocommande, le pilotage doit rester basique (haut, bas, gauche, droite, petits huit, cercles, etc.). Certaines chaînes Youtube proposent des tutoriels qui vous permettront d’apprendre à piloter et ainsi de vous perfectionner progressivement ;

une formation au pilotage de quadricoptere peut aider
  • Vérifiez constamment le niveau de batterie indiqué sur l’écran de commande ou le drone pour anticiper son arrêt. N’attendez pas la dernière minute pour retourner le drone à son point de départ ;
  • Prenez connaissance des conditions météorologiques avant de voler, et en particulier des vents pour anticiper ses éventuels changements.

Si vous avez déjà fait l’acquisition d’un drone haut de gamme, et que vous avez peur de le crasher, vous pouvez toujours vous entraîner avec des simulateurs de vol ou passer le brevet théorique de pilote d’un appareil ultra léger motorisé (ULM).

Toujours voler en mode automatique

“Evitez de commencer à voler directement en mode manuel, un mode réservé aux pilotes plus confirmés.”

En mode manuel, l’appareil désactive les systèmes automatiques qui facilitent le pilotage comme le système d’auto-stabilisation, de limitation de la hauteur et de la vitesse de vol, ainsi que les options de contrôles de vol et de retour automatique.

De plus, certains drones intègrent l’option d’arrêt automatique des hélices en cas de choc/contact.

Ces pales, qui peuvent tourner à 10 000 tours/minute, peuvent s’avérer très dangereuses au décollage et à l’atterrissage en cas de désactivation du mode automatique.

Si l’appareil ne dispose pas d’un système d’arrêt, vous pouvez toujours vous procurer des carènes pour protéger les hélices, ces dernières ne vous couteront qu’une dizaine d’euros et vous éviteront de vous entailler bêtement les doigts.


pilotez en mode auto assiste si vous debutez en multirotor

Plus de conseils à venir lors d’une prochaine mise à jour!

Column 1

Column 2

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s